Histoire

Vaincre l'indifférence

Depuis bientôt quarante ans, le Musée de la Rubanerie cominoise cultive et valorise la mémoire d'une activité singulière plusieurs fois centenaire: le tissage de rubans. Artisan de sa réalisation, Simon Vanhée (1923-1994) en fut le premier conservateur. Soutenu par la Société d'Histoire de Comines-Warneton, par la Ville mais aussi par de nombreux industriels, ouvriers et autres sympathisants, il offrit à Comines, le 20 juillet 1985, une institution dont le travail de récolte, de conservation, d'inventorisation, de diffusion, de mise en scène des collections, allait finir par être reconnu par les plus hautes instances. Musée officiel de le Fédération Wallonie-Bruxelles depuis 2008, la Rubanerie.

Notre devise "Vaincre l'indifférence" répond à notre désir de laisser aux générations futures un patrimoine à découvrir, à se réapproprier et à entretenir...

1914-1918 : la rubanerie cominoise en souffrance

Pour le monde textile local, le cataclysme débute dès la déclaration de guerre. De nombreux ouvriers sont appelés sous les drapeaux puisque tous les hommes de moins de 49 ans sont mobilisables. Les rubaneries perdent une partie de leur personnel et une autre partie prendra la route de l'exil. 

Lorsque les Allemands cantonnent à Comines, ils s'emparent des écheveaux de rubans et de coton pour les transformer en matelas de fortune. Les stocks des rubaneries et des autres usines sont alors vidés et les bâtiments réaffectés. 

Les salles de tissage se vident de leurs machines car tout est récupéré par l'occupant. Ainsi, un régiment de Bavarois, auquel appartient un caporal moustachu nommé Adolf Hitler, occupe l'usine Gallant transformée en dortoir. Chez Derville et Delvoye, l'usine servira de salle de spectacle polyvalente afin de distraire les quelques 40.000 soldats du Reich. La rubanerie Ducarin deviendra quant à elle un hôpital. 

Des salles vidées, des métiers volés, des espoirs brisés

En mai 1917, la population civile est définitivement évacue. Petit à petit, les bombardements alliés s'intensifient, ruinant les rêves industriels des Cominois d'avant 1914. Il faudra des années et une bonne dose d'opiniâtreté pour que la ville renaisse de ses cendres. Cette reconstruction mènera pourtant à celle qu'on appellera par la suite la capitale mondiale du ruban utilitaire

En effet, vers 1920, plusieurs métiers allemands furent reçus comme dommage de guerre et permettent la réorganisation du tissage du ruban. Ils servent de modèles pour les premiers métiers construits par la firme Lécluse. Mais un autre constructeur cominois redouble d'ingéniosité. La maison Masson & Fils produit du matériel de rubanerie et des métiers à tisser pour toute la région. 

De nouvelles industries naissent des ruines, dotées de métiers plus performants, permettant d'établir de nouvelles bases qui permettront de pérenniser le savoir-faire jusqu'aujourd'hui. Plusieurs industries textiles de la région sont encore en activité aujourd'hui et se sont perfectionnées dans de l'utilitaire haut de gamme. 

L'origine du Musée

Situé à la rue des Arts, 3, le Musée de la Rubanerie prend place entre les deux Comines à un emplacement stratégique gorgé d'histoire. Cette ancienne salle de danse qu'on surnommait "Le Fort", avait remplacé les rubaneries d'Ennetières détruites par les bombardements de la première guerre mondiale. On doit l'origine et l'impulsion de la création de ce musée à Simon Vanhée qui souhaitait préserver les belles mécaniques à navettes, vouées à la casse, à l'heure où les industries textiles entamaient leur grande transition.

En effet, dès 1970, tous les anciens métiers à tisser le ruban, auxquels se rattache tout un héritage de savoir-faire et d’ingénieuses innovations, sont remplacés par des métiers à aiguilles. De plus, dans les années 80, plusieurs entreprises ferment ou envisagent la délocalisation vers des pays à la main-d'oeuvre moins couteuse. Les bords de la Lys et les zones industrielles se métamorphosent lentement et laisse craindre le pire pour la préservation de 850 ans d'histoire textile. 

MUSEE DE LA RUBANERIE

Contact

Adresse

Rue des Arts 3 7780 Comines Belgique

Horaires

Fermé (Sur réservation)
Lu Fermé (Sur réservation)
Ma 08:30 - 12:00 | 13:30 - 16:30
Me 08:30 - 12:00 | 13:30 - 16:30
Je 08:30 - 12:00 | 13:30 - 16:30
Ve 08:30 - 12:00 | 13:30 - 16:30
Sa 15:00 - 16:30 (Seulement du 01/05 au 31/10)
Di 10:30 - 12:00 (Seulement du 01/05 au 31/10 - ouvert tous les premiers dimanches du mois)

Inscription à la Newsletter

Cette fonctionnalité nécessite l'acceptation des cookies.
Modifier vos préférences en matière de cookies.