Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Services communaux / P.C.D.N. / PCDN : Les larves de tenthrèdes dans nos arbres ?
Actions sur le document

PCDN : Les larves de tenthrèdes dans nos arbres ?

18554830 685480158308346 631463538 nMais que se passe-t-il ?

Vous pouvez observer ici et là, peut-être même chez vous, des arbustes ou arbres ne possédant quasi plus de feuilles, et recouverts de ‘toiles’. A y regarder de plus près, on y observe « des chenilles ». On s’inquiète et on se pose des questions. Mais qu’est-ce que c’est que ces petites bestioles ? Sont-elles dangereuses ? Voici quelques renseignements pour répondre à vos questions. D’abord il faut savoir que ces « petites chenilles » n’en sont pas.

 


Ce sont des larves de tenthrèdes qui ressemblent 18554893 685480134975015 1970365518 nà s'y méprendre à des chenilles : elles ont d'ailleurs elles aussi une fâcheuse tendance à grignoter les feuilles de nombreux végétaux ! Ce qui différencie les tenthrèdes des chenilles, c'est le nombre de leurs pattes : les vraies chenilles possèdent 3 paires de vraies pattes et au maximum 5 paires de fausses pattes, tandis que les tenthrèdes, en plus de leurs 3 paires de vraies pattes, présentent entre 6 et 9 paires de fausses pattes, plus une paire de pattes anales.

Les tenthrèdes : même si ce nom ne vous dit peut-être rien, vous les avez sûrement déjà rencontrées au jardin... elles ou leurs dégâts sur les feuillages ! Ces fausses chenilles très voraces sont les larves de différentes espèces d'Hyménoptères (insectes) tenant à la fois de la mouche et de la guêpe. Les adultes, très discrets, mesurent généralement plus d'un centimètre de long (jusqu'à 3-5 cm pour les plus grandes espèces), et leurs couleurs sont diverses (noir et jaune, brunâtre,
vert...).

 

18596507 685480164975012 292987697 oLes larves ressemblent beaucoup à de petites chenilles, et présentent des couleurs variables selon les espèces : les plus courantes au jardin sont vert pâle avec des taches ou des stries noires, mais d'autres espèces sont blanchâtres, brunes, vert pâle, avec ou sans ponctuations noires... Certaines se redressent en S de manière caractéristique et se laissent tomber au sol lorsqu'elles ont dérangées. Les tenthrèdes peuvent s'avérer être un véritable fléau au jardin : entre mai et octobre, elles dévorent littéralement les feuilles.

 

18555184 685480911641604 712445618 nParfois, il ne reste que les nervures : un vrai travail de dentellières ! Certaines espèces de tenthrèdes mineuses "rongent" le feuillage, occasionnant des taches grisâtres et sèches sur les feuilles, puis des trous, d'autres tenthrèdes, dites cigarières, enroulent les feuilles autour d'elles afin de se cacher des prédateurs. On peut aussi observer des déformations du feuillage, ou encore des toiles ou des gales (à l'intérieur desquelles les larves s'installent).

De nombreuses plantes sont susceptibles d'être attaquées par les tenthrèdes : groseillier (groseilliers à fleurs ou à fruits), pommier, poirier, noisetier, cerisier, rosier, spirée, églantier, aubépine, berbéris, millepertuis, saule, aulne, frêne, bouleau, pin, peuplier, chêne, géranium, iris, ou encore, au potager, l'oseille, les Brassicacées ou Crucifères (chou, navet, radis)...

Les adultes apparaissent en mai-juin (voire avril sous les climats doux). Les premières pontes suivent de peu : les femelles pondent jusqu'à 300 oeufs sur une même plante (d'où un nombre parfois impressionnant de larves) qui éclosent au bout de quelques jours. Entre mai et juillet, la première génération de larves est présente sur les végétaux : elle se nourrit des feuilles durant 10 ou 15 jours avant d'effectuer sa nymphose et de pondre à son tour, en juillet-août. Une 2e génération de larves de tenthrèdes est alors observable durant l'été.

 

Parfois, une 3e vague de ces "fausses chenilles" peut18554845 685480131641682 1813109441 n aussi apparaître en début d'automne. A l'automne (septembre-octobre selon le climat), la dernière génération de larves se laisse tomber sur le sol et s'y enfonce afin d'y passer l'hiver sous forme de nymphe, à quelques centimètres de profondeur. Au printemps, les nymphes achèvent leur métamorphose, les adultes s'envolent et un nouveau cycle commence. Moyens de lutte et traitement contre les tenthrèdes On pourrait être tenté d'utiliser des pesticides pour détruire les larves de tenthrèdes, mais comme ce ne sont pas de vraies chenilles, ce geste serait inefficace. Pulvérisez plutôt un traitement naturel à base de pyrèthre ou une solution de savon noir. Ne négligez pas non plus l'efficacité d'une suppression, à la main, des larves de tenthrèdes, lorsque les dimensions de la plante attaquée le permettent !

Du côté des auxiliaires, les larves de tenthrèdes sont parasitées par de petites guêpes qui pondent à l'intérieur de leurs victimes. Attention à ne pas trop traiter avec des insecticides non sélectifs (aussi "naturels" soient-ils), afin de ne pas détruire du même coup les prédateurs naturels des tenthrèdes. Et, comme souvent, les oiseaux insectivores seront vos alliés pour lutter contre ces ravageurs. Enfin, à l'automne et durant l'hiver, un binage au pied des plantes qui ont été attaquées durant l'été permettra de déterrer et donc d'exposer au froid et aux prédateurs les nymphes de tenthrèdes présentes dans le sol.

Attention toutefois de ne pas confondre les tenthrèdes avec les chenilles processionnaires. Ces dernières sont dangereuses. Comment les distinguer ? C'est assez simple, les chenilles processionnaires sont poilues (urticantes), les tenthrèdes pas. Les processionnaires tissent des boules tandis que les tenthrèdes couvrent de larges zones. Si toute fois vous veniez à croiser des processionnaires, veuillez contacter nos services ou les pompiers au plus vite.